Cosmos luminescent

Comment appréhender l’espace et les vibrations lumineuses qui parcourent la matière, de la nano-échelle jusqu’au cosmos ?

“Alchimie de la couleur : éclairer les nanomondes”

Un projet de recherche-création imaginé pour mettre à l’épreuve les certitudes de nos perceptions, en exposant des objets d’or et d’argent sculptés à nano échelle, invisibles à tout procédé optique, autour deux installations complémentaires : “Thousand Shades of Green, an Attempt – nanolithographie”, une nanogravure sur un disque de verre, et “Alchimie de la lumière – nanosculptures”, des nano-sculptures en suspension.

Thousand shades of Green, an Attempt : nanolithographie

Jean-Marc Chomaz en collaboration avec Vincenzo Giannini et Giancarlo Rizza | 2019

“Thousand shades of green, an Attempt” est une installation à nanoéchelle qui tente de réaliser une transformation de la lumière par formation de plasma cohérent à la surface d’un disque de verre de 1 cm². “Thousand shades of green, an Attempt” est une lithographie réalisée à une échelle plus petite que celle de la lumière visible, à l’extrême limite de nos capacités actuelles d’écriture de la matière, loin des échelles usuellement performées par l’être humain.

Alchimie de la lumière : nanosculptures

Olga Flor et Jean-Marc Chomaz, avec la collaboration de Jean-Michel Wierniezky, Hynd Remita, Anaïs Lehoux et Mireille Benoit | 2020-2021

“Alchimie de la lumière : nanosculptures” présente un ensemble de solutions colloïdales de nanoparticules récemment synthétisées au Laboratoire de chimie physique d’Orsay. Certaines contiennent des empilements de nano-triangles d’argent, d’autres des nano-bâtonnets d’or pur et le jeu du regard fait apparaître un camaïeu de verts, des couleurs métalliques attestant d’une autre interaction lumière-matière, et révélant mille nouvelles couleurs encore à nommer.

Volvox

Thomassine Gieseck, Jean-Marc Chomaz et Bruno Palpant, en collaboration avec Hynd Remita, Mireille Benoît et Jean-Michel Wierniezky | 2018-2021

Thomasine Giesecke, artiste plasticienne, Jean-Marc Chomaz, artiste-physicien (LadHyX, Cnrs, Ecole polytechnique) et Bruno Palpant, physicien (LuMIn, Centrale Supélec, Université Paris – Saclay) en collaboration avec Hynd Remita et Michelle Benoît (Institut de chimie physique, Université Paris – Saclay) et Jean-Michel Wierniezky, souffleur de verre (Ecole polytechnique

Ils ont mené un projet de recherche-création mettant en scène les changements de perception visuelle induits par des nanoparticules d’or. L’installation VolvoX met en scène une danse en milieu fermé et nocturne comme celle, invisible, du fond des mers, où les volvox évoluent au rythme aléatoire et séquencé d’une ronde dont le sens de rotation change perpétuellement.

Ici sont exploitées les propriétés optiques remarquables de nanoparticules d’or en suspension dans des gouttes soufflées en verre, elles-mêmes suspendues et en mouvement comme au tréfonds de l’océan. Deux sources de lumière révèlent des couleurs changeantes selon l’orientation, au gré de cette ronde.

Paysages extrasolaires

LABOFACTORY (Laurent Karst, Jean-Marc Chomaz, Filippo Fabbri), avec la participation d’étudiants en art et en design de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Dijon | 2018

L’installation vidéo “Paysages extra solaires” présente une trentaine de corps célestes imaginaires, créés lors d’un workshop en décembre 2017, conduit par le collectif LABOFACTORY à l’école des Beaux-Arts de Dijon, et qui a rassemblé chercheurs, étudiants et artistes. L’ installation est conçue comme un paysage visuel et sonore vivant et changeant, où des planètes apparaissent, disparaissent, dialoguent, s’entremêlent, chacune ayant sa propre vibration.