Formes de l’eau

Des recherches qui mettent en scène l’eau sous différentes formes – goutte, brume, brouillard, nuage, pluie acide… – de façon poétique et politique, pour questionner l’urgence climatique et environnementale.

Orogénie des Brumes

Nicolas Reeves et Jean-Marc Chomaz | 2020-2021

L’installation, qui représente une brumeraie, émet un très léger murmure provenant de la transposition du mouvement des brumes en ondes sonores lorsqu’elles sont perturbées par le passage des visiteurs. À intervalles irréguliers d’autres ondes sonores qui transcrivent l’occurrence de séismes à la surface du globe, tels que détectés par les instituts sismologiques de la planète et retransmis en temps réel par internet, permettant ainsi au visiteur immergé de prendre conscience de l’ensemble des rythmes du monde et synchronise avec eux son tremblement intérieur.
Co-production le 104 – Hexagram – UQAM – Chaire arts & sciences.

Rêve quantique

Virgile Novarina, Walid Breidi et LABOFACTORY (Jean-Marc Chomaz, Laurent Karst), avec la collaboration de Didier Bouchon, d’Antoine Garcia et de Giancarlo Rizza | 2019-2021

“Rêve quantique” révèle la richesse de l’expérience intérieure et l’intense activité cérébrale du dormeur malgré l’inertie de son corps pendant le sommeil, en proposant une relecture sensorielle et poétique de ce paradoxe.

Sky

LABOFACTORY (Jean-Marc Chomaz, Laurent Karst, Filippo Fabbri, Greg Louis) assistés d’Antoine Garcia, d’Eunyoung Lee et de Coralie Betbeder | 2018-2021

“Sky” matérialise dans un bassin des nappes de brouillard qui vont et qui viennent, animées par des formes mobiles et éphémères, spectrales et mucilagineuses, dans un paysage insolite, pour interroger notre relation et notre responsabilité par rapport aux phénomènes naturels qui se déroulent dans le ciel. Sous sa forme interactive et sonorisée, la brume devient un matériau sonore fait de textures et de rythmes, qui se déplace en réponse aux mouvements du public autour de l’installation.

Water Drums

LABOFACTORY (Filippo Fabbri, Greg Louis, Jean-Marc Chomaz et Laurent Karst) | 2018-2020

Dispositif sonore et visuel, performatif et immersif, qui transforme des bassins d’eau en percussions lumineuses. Autour de six structures disposées frontalement sur la scène, face à quatre écrans positionnés au fond, deux musiciens entrent en scène et viennent frapper la surface de l’eau, tandis que des ondes lumineuses circulaires se propagent sur les écrans au-dessus d’eux. Quand un musicien percute la surface d’un bassin rectangulaire, un paysage d’ondes en mouvement apparaît en fond de scène, emportant le spectateur dans une expérience immersive en perpétuelle métamorphose.